Wladimir Alves de Souza a construit la villa Chez Georges.

Architecte reconnu du Modernisme Brésilien, décorateur et enseignant, il a marqué son époque.

La Villa Chez Georges fait maintenant partie des villas classées au Patrimoine Urbain de Rio de Janeiro.

Patio avec sa pergola voutée en béton

Le modernisme brésilien est un courant artistique qui fait partie de l’identité culturelle du Brésil.

Une poignée de noms a suffi à forger sa réputation internationale en la matière, parmi lesquels Lucio Costa (1902-1998), Oscar Niemeyer (1907-2012), Lina Bo Bardi (1914‑1992) et Wladimir Alves de Souza (1908 - 1994).

Le mouvement émerge dans un contexte intellectuellement propice, largement influencé par les figures avant-gardistes européennes telles que Walter Gropius, Ludwig Mies Van der Rohe et, surtout, Le Corbusier pour ce qui concerne l’architecture. 

Wladimir Alves de Souza n’aura de cesse de s’en inspirer et reçoit en 1930 la Médaille d’Or de l'École Nationale des Beaux-Arts (ENBA).

Avec Enéas Silva, sa partenaire d’alors, il répond au projet de construction du Ministère des Finances à Rio de Janeiro. Son projet ne sera pas retenu car trop avant-gardiste pour l’époque, mais il marquera les esprits et un projet beaucoup plus classique sera finalement retenu.

Sa construction la plus connue est le musée Chácara do Céu, qui est situé à Santa Teresa à proximité de la Villa Chez Georges. Elle présente la collection de Raymundo Ottoni de Castro Maya qui fut un grand industriel, collectionneur et ami de Wladimir Alves de Souza qui sera son architecte, mais aussi le conservateur de ses nombreuses collections.

Wladimir aura carte blanche pour réaliser une demeure moderne et décalée pour son époque. Le grand Burle Marx le secondera pour faire en sorte que la maison s’intègre au mieux dans la forêt environnante. Ensemble ils ont réalisé un parfait travail d’intégration du bâtiment dans son environnement naturel. 

Wladimir n’aura de cesse pour tous ses projets de faire en sorte que ses constructions s’intègrent au mieux à l’environnement naturel comme il le fera dans la Villa Chez Georges, en imaginant cette villa perchée sur les hauteurs de Santa Teresa avec le parti-pris de ses arches monumentales en béton.

En 1938, Wladimir est reçu en tant que professeur titulaire en ENBA à la Faculté d'Architecture et Urbanisme de l'Université Fédérale de Rio de Janeiro, section théorie et philosophie de l’architecture. 

Il occupera à deux reprises le poste de Directeur National des Beaux-Arts, ce qui lui permettra de parcourir le monde et on retiendra en particulier en 1944 sa conférence à Lisbonne sur l’architecture brésilienne où il défendit des positions très innovantes pour l’époque sur l’utilisation du béton.

Outre ses constructions propres qui firent sa réputation, il participa à de nombreux projets dont la chapelle Mayrink située dans le parc national de la Tijuca, les portails de la forêt de la Tijuca à proximité de Rio de Janeiro, l'ancien Solar da Marquesa de Santos -un bâtiment du XVIIIe siècle situé dans la ville de São Paulo- ou encore l'ancien couvent de Santa Teresa, aujourd'hui Musée de l'art sacré de l'Université fédérale de Bahia.

Bien que la plupart de ses projets suivent un courant moderniste, il s’est aussi opposé dans certains de ses projets, cours ou conférences à une trop forte modernité, optant pour des constructions plus traditionnelles.

Wladimir Alves de Souza a réalisé de nombreux projets de résidences privées, en particulier pour la haute Société Brésilienne qui résidait sur les hauteurs de Santa Teresa dont la villa Chez Georges est le parfait exemple. Ce quartier était considéré comme le quartier prestigieux de l’élite carioca, au centre de Rio, à proximité de sites culturels, de loisirs et surtout dans des paysages luxuriants. Le travail de Wladimir Alves de Souza est ainsi devenu plus confidentiel car tourné vers une clientèle privée.

La Villa Chez Georges avec ses arches en béton et ses plafonds inclinés en béton si reconnaissables est un exemple parfait du travail de Wladimir Alves de Souza. Il a marqué son époque et ses constructions restent parmi les plus belles représentations du Modernisme Brésilien.

On retiendra dans ses publications « Aspectos da Arte Brasileira » et « O Espaço Barrico » (l’espace baroque).

En savoir plus